Réalisation d’un ciel peint en trompe l’oeil avec des nuages de violet à parme, et un soleil caché dans la brume, sur le plafond d’une chambre à coucher d’un appartement d’un immeuble du XVIIe siècle, à Versailles.


Le ciel en peinture

Les artistes ont trouvé de multiples manières de peindre le ciel, d’exprimer l’air circulant dans l’espace. Fond d’or à Byzance, perspective menant à une compréhension céleste de l’iconographie au XVIe siècle, prétexte à jeux de touches pour dire la mouvance et le changement permanent chez les Impressionnistes, le ciel n’est jamais vide en peinture. Pas plus dans la nature. Mais il est prétexte à composition idéale dans un cas, ouverture à la rêverie dans le second.