Décor Néo-classique en vidéo, présenté par Joëlle Godefroid une œuvre réalisée pour le concours d’un des Meilleur Ouvrier de France.

Décor néo-classique

Cette œuvre peinte en trompe l’oeil, est un plaidoyer pour la beauté de l’art du XIXe siècle, ses merveilles d’ingéniosité et de virtuosité technique, mais aussi de fantaisie créative.

Le décor, exercice contraint par les exigences du concours, représente un vestibule d’une demeure de style néoclassique du 19eme siècle, inspiré des vestibules d’immeubles parisiens, avec des imitations de noyer, de deux marbres, dont un bréché, d’une grotesque de papier peint et de moulures dorées et ornementées.

Le style néo-classique en décoration intérieure :

Le style néo-classique apparaît au milieu du XVIIIème siècle, en réaction au style rococo jugés trop chargé et trop frivole. Inspiré de l’Antiquité, le néoclassicisme se veut un retour à des sources nobles dont les Étrusques, la Grèce et Rome sont les modèles politiques et moraux. Quelques jalons de ce style riche en déclinaisons. Ses réinterprétations actuelles.

Le concept du décor néo-classique :

Si le décor néo-classique fait ses premiers pas avec le mobilier Louis XVI, il apparaît vraiment grâce à l’architecte et décorateur écossais Robert Adams. Le concept repose sur la sobriété des lignes et l’épure, dans ce contexte, le modèle antique d’Adams est étrusque.

Les grands thèmes apparaissent, encore repris aujourd’hui :
Les colonnes s’élancent dans l’encadrement des portes. Les plafonds s’ornent de caissons, les plinthes de frises, les fenêtres de tentures et certains murs de fresques. Le mobilier prend des formes simples et géométriques à l’image des chaises curules.

Ce style Néoclassique, né sous la royauté, compose avec théâtralité et élégance, la richesse des tissus, des décors, la foison de miroirs et de lustres.
Le bois brun domine, alternant avec le marbre et la pierre.
Les tonalités sont pastel : beige, gris, bleu, jaune et vert pâles, tandis que noir, rouge et or viennent créer le contraste.