DÉCORS PEINTS : CONCEPTION et RÉALISATION

Les décors peints mettent en valeur et créent l’identité des espaces qu’ils habillent, grâce aux choix de tons et compositions de patines, faux bois, faux marbres, fausses moulures, filets, ornementations et trompe l’œil, qui sont mariés à la demande, afin de convenir au projet, ainsi qu’au style du bâtiment.

Forts de plus de 30 ans d’expérience, nous pouvons concevoir et réaliser des décors peints classiques ou contemporains, simples ou complexes selon les circonstances, comme restaurer ou restituer des décors anciens, en reprises partielles et retouches.

  Ci-dessous, quelques unes de nos réalisations de décors peints :

 

Plus que jamais aujourd’hui, la peinture décorative a une large audience, que ce soit dans les médias  -magazines ou émissions de décoration présentant des réalisations de décors- ou par les trompe l’œils au cœur de nos villes, ou plus traditionnellement, par les décors peints dans les appartements, restaurants et boutiques. Et si l’attrait du décor ancien ou moderne est toujours aussi vif, c’est que ses compositions picturales et coloris subtils magnifient incomparablement un espace.

Les peintres en décors, artisans et artisans d’art, toujours à l’école des grandes réalisations de de leurs prestigieux prédécesseurs, sont aujourd’hui à la jonction des techniques d’imitation et de création. C’est pourquoi, plus grande est leur expérience, plus grande est leur culture, plus grande, alors, leur liberté de création ; la liberté, apanage de l’artiste, quelles que soient les contraintes données. Et s’ils sont appelés à participer à des réalisations de prestige, ou la réhabilitation du patrimoine, les peintres en décors exercent aussi directement pour leur clientèle ou s’inscrivent dans les projets de décoration de l’architecte d’intérieur.

Comme pour la réalisation d’un film, la qualité du résultat final tient à la cohésion du projet, mais aussi à celle des entreprises; de la qualité de l’ouvrage de l’ensemble des équipes, et tout particulièrement de celle de l’entreprise de peinture, dépend la qualité même de l’aspect de finition du décor. En effet, la peinture décorative nécessite une préparation des surfaces à décorer de type très soigné, pour que l’illusion soit parfaite; un faux bois, un faux marbre, aussi bien réalisé soit-il, ne sera mis en valeur que si la peinture de support est sans défaut.

 

♦ ♦ ♦

 

Par Joëlle Godefroid, Meilleur Ouvrier de France

A quand remonte la peinture décorative et le métier de Peintre en décors?
Sur ce sujet, les théories les plus diverses peuvent être lues. Cependant, je n’ai encore pu découvrir aucun historien des styles sur qui s’appuyer.

Il ne faut pas prendre toutes les peintures murales pour des peintures à but décoratif. Aussi magnifiques soient-elles à nos yeux, la fonction des peintures propitiatoires des grottes de la préhistoire, telle Lascaux, ou celles, à caractère sacré* des tombeaux égyptiens, temples incas ou églises, n’a qu’un très lointain rapport avec la seule finalité d’ornement et d’agrément du trompe l’œil et de la mise en valeur d’un intérieur.

Nous savons, grâce à la découverte** de mobiliers peints en décors, que quelques milliers d’années avant notre ère, dans l’Égypte ancienne, l’imitation décorative fut en vogue et très au point. Il est aussi désormais évident que c’est par l’héritage culturel des Égyptiens que la civilisation Grecque adopte la pratique du décor mural, dans les villas patriciennes par exemple, et la transmet à son tour aux Romains.

Au moyen âge, la plupart des décors peints sont consacrées à la glorification chrétienne et à l’édification des croyants. C’est seulement au trecento, en Flandres et en Italie, que renait l’art profane, comme celui du portrait.

Fin XVe siècle en Italie -quatrocento-, la redécouverte de l’antiquité remet au goût du jour les arts et lettres des Romains. A Florence, à Rome, outre les architectes et les sculpteurs, les peintres  (Ghirlandaio, Botticelli, Michel ange, Raphaël,… etc) qu’inspirent la culture gréco-romaine, les fresques de Pompéï, d’Herculanum, et les lois de la perspective, ornent les palais de somptueux   décors peints -voir ci dessus : Sous l’égide du pape Jules II, qui orchestre la « restoratio » et « renovatio » de la grandeur de la Rome Antique, née sous le pinceau de génie de Raphaël, entre autres le « grand genre » ou peinture d’histoire, mais aussi la peinture décorative, notamment le très connu décor de grotesque de la logetta du Vatican***. Ces œuvres de la renaissance Italienne seront aussi une source d’inspiration pour la renaissance Française et pour toute l’Europe.

Il semble qu’à cette époque, le peintre, aussi fameux fût-il, était considéré à l’égal des autres corps de métier manuel, c’est à dire comme un artisan; aux grands ou petits maîtres étaient faites des commandes aux exigences extrêmement précises (définition de la scène, du nombre de personnages, d’objets, de l’or et couleurs utilisées, ainsi que leurs poids, …etc ). Bien qu’après la Renaissance, à la faveur de leur succès, ils obtiennent le statut privilégié d’artiste, les peintres, qu’ils soient Flamands, Italiens, Espagnols, ou Français, sont restés des courtisans attachés de façon exclusive à un riche mécène.

Durant les trois siècles suivants, les cours d’Europe ayant à cœur d’éblouir -autant que d’améliorer leur confort- vont rivaliser dans l’art de bâtir et d’orner. Des désirs, voire des caprices royaux sont nés les plus grands styles, ainsi que tous les précieux métiers d’arts qui participent à leur édification. Dans tous les domaines de l’art, de générations en générations, s’accumulent et se transmettent l’expérience, la compétence, et l’ingéniosité de nouvelles créations de décors peints dont les nobles raffolent.

Dès le début du XVIIIe siècle, à la fin du règne de Louis XIV, la noblesse de cour, lasse de la rigidité de l’étiquette, aménage des hôtels particuliers parisiens d’un luxe raffiné et frivole, dans lesquels s’épanouissent les plaisirs de »faire salon », bientôt copiés à moindre échelle, par une bourgeoisie subitement parvenue. Ce contexte particulièrement favorable fait fleurir les métiers d’art, et la créativité artistique. C’est à cette époque par exemple, qu’est créé l’art des papiers peints, dont les manufactures sont encore célèbres (Réveillon, Zuber), afin de démocratiser les « panoramiques » par un moindre coût.

A la 2e moitié du XVIIIe siècle, grâce aux voyages d’études d’hommes de l’art à Rome et en Grèce, le renouveau de la passion pour l’antique, le néoclassicisme, qui perdure jusqu’à l’Empire avec le goût Pompéien, maintient une certaine activité artistique et artisanale, malgré les difficultés économiques.

Au XIXe siècle, sévit la mode de reproduction ou recréation des grands styles du passé (Décors peints du Palais Garnier, salle Charles X du Musée du Louvre, cathédrale de Clermont Ferrand, « grammaire des style »**d’Owen Jones). D’un côté, la protection – entre autres par M. Prosper Mérimée- et la « restauration » du patrimoine (château de Pierrefonds, de Blois par Violet le Duc, grand salon de l’Hôtel de Toulouse, actuelle Banque de France, Abbaye de St Savin****…), de l’autre, l’émergence d’une société bourgeoise enrichie désireuse de reproduire dans ses demeures et appartements, les fastes des décors peints d’autrefois, ont favorisé l’éclosion du métier de peintre en décors; métier distinct du peintre de chevalet, non sans que certains artistes ne réalisent encore des décors peints, dont certains sont célèbres ( Degas, Delaunay, Matisse…). Puis, l’engouement allant croissant, s’ouvrent les premières écoles spécialisées ( Ecole Van der Kelen, Bruxelles).

Le XXe siècle, grâce à l’enrichissement, la meilleure connaissance et le respect du patrimoine bâti, a enfin différencié les interventions picturales propres aux techniques de restauration -des oeuvres et du patrimoine classé « monument historique »-, des créations ou rénovations de décors peints. Il a aussi réussi, bon gré mal gré, à préserver les précieux métiers d’arts, héritiers du passé, qui font notre richesse et notre gloire.

La peinture décorative a désormais conquis une large audience ; émissions télévisuelles et magasines de décoration grand public, façades peintes en trompe l’œil, et bien sûr, décoration peinte des hôtels, appartements, restaurants et boutiques. Les peintres en décors d’aujourd’hui peuvent tout aussi bien être appelés à intervenir dans des réalisations de prestige, dans la réhabilitation du patrimoine, dans les projets de décoration de l’architecte d’intérieur, que pour leur propre clientèle.

*L’art est d’abord considéré comme sacré si sa destination est un lieu sacré, si elle prend place dans un espace public reconnu comme sacré, c’est-à-dire ayant une valeur symbolique qui le distingue de l’espace profane, séculier, destiné au temps quotidien du travail ou de la vie privée, dans lequel l’art profane sert l’agrément ou le divertissement.

**cf. article « le décor, au temps des pharaons », ci dessous

*** »L’homme en jeu : les génies de la Renaissance » D. Arasse, Bibl. Hazan

****La restauration au XIXe siècle, encore à ses balbutiements, a laissé libre cours à des interprétations peu rigoureuses qui choquent, ou amusent, même le touriste le moins averti. Les restaurations de cette époque, aussi malencontreuses ou fantaisistes soient-elles, faisant partie intégrante de l’histoire, ont aujourd’hui à ce titre, autant de légitimité, et sont donc classées et restaurées avec autant de soin.

Retour à l’accueil