Imitation de marbre noir sur deux colonnes dans l’entrée d’une entreprise parisienne, avec les socles et chapiteaux dorés.

Cette imitation de marbre noir  s’intègre au style Rococo très en vogue, mariant l’élégance à l’originalité artistique, dans une atmosphère générale foncée, noir, bleu et or.

Histoire de l’utilisation des marbres en architecture :

Dans l’histoire de l’art, le terme « marbre » peut désigner de manière générale une grande variété de roches à consistance suffisamment ferme et dure et capables d’être lustrées au moyen du polissage. Ces roches sont en majorité des calcaires plus ou moins cristallisés.

Les vrais marbres au sens géologique moderne sont des roches métamorphiques entièrement constituées de cristaux de calcite, ce sont historiquement les plus abondamment utilisés en sculpture comme en architecture, ils sont de couleurs et de motifs très variés mais le blanc est le plus fréquent. Le « marbre statuaire » désigne les vraies marbres qui sont bien blancs et uniformes, sans veine ni tache, et avec un grain très fin et régulier, il est traditionnellement le plus utilisé pour la sculpture depuis l’Antiquité. Les géologues se sont donc fondés sur ce type de marbre qui est le plus connu et prestigieux pour désigner scientifiquement sous le terme « marbre » les roches apparentées qu’ils ont classées dans cette catégorie d’un point de vue pétrographique. Le sens du terme est donc assez restreint en géologie moderne.

Mais dans l’art et l’architecture le terme « marbre » englobe aussi historiquement beaucoup d’autres roches calcaires dures ayant une composition et des qualités équivalentes mais qui ne sont pas considérées comme des vraies marbres au sens géologique aujourd’hui: ils peuvent être des calcaires sédimentaires (non métamorphisés) d’origines diverses (récifs coralliens fossilisés, dépôts compactes de boue calcaire fossilisée, etc) qui sont parfois aussi durs et cristallisés que les vraies marbres, des brèches dures (conglomérats de composition très variée, mais souvent calcaire, parfois métamorphisés et recristallisés), des albâtres, etc.

A coté des calcaires, de nombreuses roches polissables non calcaires et pouvant être très différentes ont aussi été fréquemment appelées « marbre » et ont parfois été utilisées en mélange avec les marbres calcaires dans l’art et l’architecture. Ainsi des roches silicatées qui sont bien plus dures comme les granites, les diorites, les gneiss, les porphyres, les quartzites, les basaltes ou la serpentinite, etc., qui ne sont pas des vraies marbres au sens géologique moderne et en sont même très éloignées, sont aussi souvent appelés (improprement) « marbre ».

Les marbres antiques sont de composition très variée, ils comprennent également des roches silicatées. Les marbres modernes, ceux que l’on utilise à partir de la Renaissance, désignent essentiellement des roches calcaires (qu’ils soient métamorphiques ou non), les autres roches polissables prennent aujourd’hui formellement d’autres noms bien que le terme « marbre » est encore assez fréquemment utilisé dans le langage courant pour les désigner.