Décor du grand hall d’un château du centre de la France, de style palladien.

 Décors peints, de style Renaissance, conçus et réalisés pour le grand hall, le grand escalier et la galerie à l’italienne :
composition en trompe l’œil, de patines, fausses moulures, faux marbre  et ornementations.

♦♦♦

Le palladianisme est un style architectural originaire de Vénétie lancé par l’architecte italien Andrea Palladio à l’époque de la Renaissance ; il s’applique également aux édifices s’en inspirant au milieu du XVIIe siècle. Un renouveau a lieu à partir du XVIIIe siècle ; on emploiera alors l’expression néo-palladianisme sans qu’on puisse constater une synthèse réelle avec les styles locaux.

Le palladianisme connaît une forte popularité au XVIe siècle en Italie, principalement en Vénétie, où Palladio crée la majeure partie de son œuvre. Ce style devient brièvement populaire au milieu du XVIIe siècle en Europe grâce au Grand Tour effectué en Italie par de jeunes étudiants. Au début du XVIIIe siècle, il redevient à la mode, sous l’appellation de néo-palladianisme, dans beaucoup de pays d’Europe (en France et en Irlande notamment, ainsi qu’en Europe du Nord et en Russie). Plus tard, lorsque le style perd la cote en Europe, celui-ci connaît un regain de popularité en Amérique du Nord, plus particulièrement avec les édifices imaginés par Thomas Jefferson.

Le style est toujours populaire en Europe au XIXe siècle et au début du XXe siècle, où il est fréquemment employé pour la construction d’établissements publics et municipaux. À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, il est concurrencé par le style néogothique, dont les maîtres en Angleterre tel Augustus Pugin, rappellent que le palladianisme vient d’anciens temples et le considèrent trop païen pour le culte protestant et anglo-catholique. Cependant, en tant que style architectural, il prolonge sa popularité et son évolution ; son fronton, sa symétrie et ses proportions influencent clairement la création des nombreux bâtiments contemporains. Alors que certains critiquent sa froideur et son manque de fantaisie, d’autres y voient un style international et rationaliste qui s’applique particulièrement aux villas de campagne.