Restauration de trompe l’oeil endommagé par un dégât des eaux, dans un appartement parisien.

Trompe l’oeil charmant et enlevé, à motif de moucharabieh, avec paysage de Sahara méditerranéen en arrière plan.

Différence entre claustra et moucharabieh : un peu d’histoire

Le moucharabieh est l’archétype de la culture et de l’architecture orientale traditionnelle  : ce mot d’origine arabe se rapproche de la définition du verbe “boire”, parce que la première fonction du moucharabieh était d’abriter des cruches poreuses qui récoltaient de l’eau fraîche par évaporation. C’est également à l’ombre de celui-ci que l’on buvait le temps d’une pause. Ses motifs représentent le plus souvent des constellations -étoiles, soleil- en compositions géométriques ou concentriques, aux dessins symétriques harmonieux.

Le terme  de claustra est quant à lui plus générique et traverse l’histoire de l’architecture de toutes cultures. Il désigne tout type de parois ajourées  de motifs variés à l’infini : remplage de fenêtre, transenne, paravent japonais, moucharabieh. Très en vogue aujourd’hui, le claustra est employé en architecture comme en décoration, pour les cloisons séparatrices d’espaces, cache-radiateur, porte de placard, fenêtre intégrée ou paravents.

Trompe l’oeil : Conception et réalisations

Le trompe l’oeil est un art de l’illusion fascinant, dont les peintres décorateurs perpétuent la tradition.

Au gré des commandes, nous sommes appelés à réaliser une grande variétés de décors en trompe l’œil, qu’ils soient dans le cadre d’un projet global ou d’un projet unique, qu’ils soient peints directement sur mur, sur huisseries, sur mobilier ou sur toiles à maroufler.
Par ailleurs, il nous est souvent demandé de restaurer des décors anciens, par restitution partielles et retouches. La restauration de trompe l’oeil est une des spécialités de l’Atelier de Peinture Décorative.