Décor néo-classique sur une porte de salon

Composition de 2 chinoiseries, copies en ton sépia de peintures du XVIIIe siècle.
Avec, de part et d’autre de la porte, les pilastres peints en faux marbres et dorures.

Au gré des commandes, nous répondons à des désirs variés, apportant une valeur ajoutée d’élégance et de charme, tout en s’intégrant parfaitement au style de l’appartement.

LA CHINOISERIE

Une chinoiserie est un objet d’art européen décoratif du XVIIe et XVIIIe siècle dont l’esthétique décalque l’art d’Asie . Il évoque l’attrait du collectionnisme pour les objets et architectures provenant d’Extrême-Orient, plus que de Chine en particulier. Il reflète un goût pour un Extrême-Orient rêvé, son imagerie et ses symboles, dans la forme (asymétrie, jeux sur les échelles) comme dans le fond (motifs et canons). L’art d’Asie orientale est vu et lu comme un modèle de singularités, qui est admiré, collectionné, copié, adapté mais aussi hybridé.

Par extension, le mot chinoiserie va désigner les bibelots ou objets d’art qui proviennent de Chine ou qui en sont dans le goût réel ou de fantaisie.

Le terme apparait en 1823, chez Charles Fourier, pour désigner un art servile, immobile et fait de préjugés imitant les chinois qu’il ridiculise, puis il est repris en 1836, sous la plume de Honoré de Balzac dans son roman « L’interdiction » « pour désigner les objets décoratifs venus de Chine (…) qui forge l’esthétique du chimérique, du fantastique, de l’exotisme, du renouveau d’un style baroque ou rococo qui accompagnent le romantisme ».

Le mot entre dans le dictionnaire Larousse en 1845, avec un sens péjoratif de bizarre et vulgaire1 pour désigner les objets de bazars prisés par les femmes légères ou parvenues.

Le mot « chinoiserie » est repris du français en anglais, allemand ou néerlandais et se dit « style chinois » (中国风) en mandarin.

L’attrait pour les objets venus de Chine se manifeste en Europe dès l’Antiquité (tissus de soies), avant de s’épanouir du XIVe au XVIIIe siècle, où objet de collections il fut assimilé d’une part à la vogue rococo du baroque français, au style rocaille et d’autre part à l’excentricité anglomane du XIXe siècle. On peut prêter à cet engouement des résonances « philosophiques », tel qu’il est inscrit dans des thèmes littéraires de la sinophilie développés aux Lumières qui voit dans l’Empire Céleste le modèle idéal du gouvernement du despote éclairé L’esthétique de la chinoiserie s’inscrit dans un mouvement complexe d’échanges diplomatiques et culturels entre artisans et artistes d’Asie et d’Occident qui s’influencent mutuellement. En 1700, la reconnaissance mutuelle de l’Empereur Xangxi et Louis XIV pour les français, ou pour les Chinois la soumission du roi de France à l’empereur de Chine ouvre une période de fascination réciproque. Ainsi la culture chinoise va jouer un rôle important dans la prise de conscience d’une forme de beauté propre à l’irrégularité en Europe.