Faux bois : dans le salon de réception d’un château classé de la Renaissance française

Réalisation de deux portes en composition de ronces d’Érable en miroir et d’acajou, avec fausses moulures, dans une salle nommée « Le Salon D’Apollon », au magnifique décor Néoclassique en trompe l’œil, composé de faux marbres Breche d’Alep en soubassement, Vert-vert sur les murs, et de sculptures en grisailles représentant Apollon et les Muses.

Pierre-François Battisti : direction, restitution de certains décors en faux marbre,
réalisation des fausses moulures.

La Renaissance française

La Renaissance française est un mouvement artistique et culturel situé en France entre le milieu du 16ème siècle et le début du 17ème siècle. Étape de l’époque moderne, la Renaissance apparaît en France après le début du mouvement en Italie et sa propagation dans d’autres pays européens.

Comme en Italie, ses traits caractéristiques sont la soif de vivre, la confiance en l’Homme, l’appétit du savoir, l’esprit de libre examen. Ce mouvement remet en cause les mentalités du Moyen Âge et recherche de nouvelles formes de vie et de civilisation. En effet, les possibilités de diffusion de l’information par l’imprimerie, et la découverte d’un nouveau monde au-delà de l’Atlantique, modifient profondément la vision du monde des hommes de cette époque.

La Renaissance française est le temps des peintres, des sculpteurs qui sont employés par les rois dont les plus emblématiques de la période sont François Ier et Henri II. C’est l’époque de Léonard de Vinci qui finit sa vie au Clos Lucé, mais aussi de la création de l’École de Fontainebleau et de l’arrivée des Médicis à Paris au xvie siècle.

La Renaissance en France se décompose en quatre parties. Le premier acte est le style Louis XII (1495-1530 environ) formant la transition entre le style gothique et la Renaissance. Ce premier style fléchit pourtant dès 1515, surtout dans le Val de Loire, où la pleine acceptation de la Renaissance italienne se fait sentir plus rapidement. Comme en Italie, trois phases se démarquent alors jusqu’au début du xviie siècle, une Première puis une Seconde Renaissance française s’achevant avec le Maniérisme.

La peinture décorative nécessite une préparation des surfaces à décorer de grande qualité pour que l’illusion du faux soit parfaite : un faux bois, un faux marbre, aussi bien réalisés soient ils, ne seront mis en valeur que si la peinture de support est irréprochable.

Atelier de peinture décorative

Joëlle Godefroid, Bernard Barbier et Firmin Biville.
Conception, réalisation de décors peints,
restauration et dorures.

Contact

Peintre décorateur v2 © 2023 La Toile – Blaise Lesfargues