MEUBLE PEINT :  décor anthracite et doré

MEUBLE PEINT : décor anthracite et doré

Décor peint très chic sur un meuble élegant

Sur un meuble vaisselier de la salle à manger de la décoratrice Elisabeth Taylor,
décor réalisé sur mesure, de rehauts de dorés sur un fond anthracite, créant un effet saisissant d’exotisme suranné.

L’armoire d’Uzès, l’art du meuble peint en Provence

La terminologie : armoire ”d’Uzès” demeure sans réelle justification, même si l’on considère que la petite ville d’Uzès élevée au XIVe siècle devient au XVIème siècle le premier Duché de France. Les origines de l’armoire dite d’Uzès restent encore un mystère. De nombreuses hypothèses ont été avancées pour expliquer les décors italiens et les ornements qui rappellent le style de Bérain, très en vogue sous Louis XIV.

L’armoire dite « d’Uzès » est un armoire provençale de taille modeste qui remonte à la fin du XVIIe siècle, elle a été fabriqué à Uzes mais on la retrouve aussi dans la région d’Ales. De petites proportions, elles sont fabriquées en tilleul, en sapin ou chataignier, pour être peintes de décors polychromes.

Armoire d’Uzes

Décorées par les artisans italiens qui introduisent la mode du meuble peint, l’armoire d’Uzes servait souvent comme armoire de mariage pour ranger le trousseau de la mariée. D’architecture toujours très simple avec des portes plates; les filets et frises peints étaient destinés à pallier l’absence de moulures. Elle n’a guère varié jusqu’au XIXe siècle à part la traverse du bas et la corniche plus ouvragées.

Les décors les plus anciens sont très sobres : couronne, chiffre, ruban et palmes sur un fond noir ou vert très sombre, certains éléments sont dorés. Au fil du temps les décors sont plus riches, les armoires d’Uzès s’épanouissent dans une gamme de couleurs plus variées : différents verts, turquoise, gris, bleu, bleu gris, rouge et même ivoire.

Elle est décorée de monogrammes, couronnes comtales, portraits des futurs époux, de paysages, des éléments d’architecture, agrémentée de bouquet fleurie, de rinceaux, ruban, ange et grotesques.

On peut en admirer dans les musées du vieux Nîmes, du vieil Aix en Provence, d’Uzès, à la Villa Provençale de Marseille. Arts décoratifs sur Proantic.

Décors matiérés contemporains

Décors matiérés contemporains

Décors matiérés contemporains


Exemples de conception et réalisation par Firmin Biville, de décors matiérés en relief, avec différents effets de patines
et de motifs géométriques ou végétaux.

A propos d’enduits de décoration intérieure (blog de Mme Caroline Goujon) :

Si vous avez envie de personnaliser et d’embellir votre décoration intérieure, voici 4 solutions pour apporter de la texture et du relief à vos murs, afin de créer une décoration unique et qui vous ressemble. Stop aux murs lisses et uniformes, place à l’enduit décoratif intérieur ! Il se décline sous différents types d’aspects qui se distinguent de la peinture à effet.

4 solutions pour un enduit décoratif intérieur :

  • Enduit à la chaux
  • Stuc
  • Tadelakt
  • Enduit béton

Présentation des caractéristiques communes aux enduits décoratifs intérieurs :

  • Le rôle d’un enduit décoratif, au même titre qu’un enduit classique, est de protéger et d’aplanir un mur. Les enduits décoratifs intérieurs peuvent ainsi être appliqués sur un support irrégulier (mur abîmé, mur peu lisse). L’enduit décoratif, appelé aussi enduit de parement, sera alors votre meilleur allié en rénovation! Attention toutefois, il est important que vos murs soient réparés, propres et secs avant l’application de votre enduit décoratif.
  • En principe, un enduit se compose d’un liant (en terre, chaux ou ciment), de charges (en sable, granulats ou particules) et parfois d’un solvant. Les charges apportent la texture et ce sont les pigments minéraux qui apportent la coloration.
  • Grâce à son aspect esthétique particulier et au jeu de textures qu’il confère, l’enduit décoratif apporte une touche authentique et chaleureuse à votre pièce, tandis que vos murs se parent d’une belle finition puisque ce type d’enduit masque les défauts.
VIDÉO : Démonstration de FAUX MARBRE en atelier

VIDÉO : Démonstration de FAUX MARBRE en atelier

Vidéo : Démonstration de faux marbre

Par Joëlle Godefroid 

Réalisée en atelier

Le « marbre feint » aux XVIIe et XVIIIe siècles

d’après Sabine Allouche


(…) Les effets décoratifs et finitions exécutés dans les châteaux, les demeures bourgeoises ou les édifices religieux au cours des siècles furent d’une très grande variété. Parmi les mélanges de matières et de couleurs, les imitations de pierre brute, de brique, de bois, de marbre, côtoyèrent bien souvent leurs homologues naturels. L’une d’entre elles fut souvent réalisée au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Elle simule un matériau précieux, employé tant dans la construction que la décoration, apprécié pour les variations de ses dessins et de ses couleurs : le marbre.

Marbre feint, marbre peint, marbre artificiel, marbrure, stuc marbré, faux marbre… tant de termes différents pour désigner un décor, alors qu’un mot suffit à évoquer le naturel. Pourtant, l’imitation est née de l’original, quasiment en même temps que son utilisation et son emploi dans les demeures et les édifices religieux. Les premiers exemples apparaissaient dès l’Antiquité. Au cours des siècles, cette pratique n’a fait que perdurer et s’améliorer, tout en étant de plus en plus dépréciée.

Les XVIIe et XVIIIe siècles sont porteurs d’une abondante littérature à ce sujet : traités d’architecture « codifiant » ce matériau feint, livres de recettes et de « secrets » expliquant comment le réaliser. Le faux marbre semble avoir atteint une perfection dans son exécution. Réalisé sur les parois et le mobilier d’édifices prestigieux comme Versailles, il ne peut être uniquement considéré comme une imitation « bon marché ».

Une technique « codifiée »

Au cours de ces deux siècles, des traités de décoration intérieure, d’architecture ou de réflexions sur l’art de bâtir et d’orner les édifices apparaissent en grand nombre. L’esprit des Lumières aidant, les différentes techniques employées pour marbrer les murs, les dorer ou les bronzer, voient le jour dans la plupart de ces ouvrages. Le décor dans l’architecture intérieure est de plus en plus théorisé, l’emploi des matériaux feints n’échappe pas à cet élan.
Les ornements feints sont réalisés essentiellement sur les lambris, les plinthes, les chambranles de portes et les embrasures de fenêtres. Ils peuvent parfois orner les plafonds, les cheminées et le mobilier. Ils sont exécutés dans toutes les pièces de la maison, excepté les communs. Selon la magnificence du lieu, le faux peut être employé dans les antichambres et les salons secondaires, alors que dans les pièces d’apparat et les pièces principales, ce sont des matériaux précieux qui sont utilisés.
À l’inverse, le faux est exécuté dans les pièces d’apparat des demeures secondaires, car ce sont des ornements de moindre importance qui sont réalisés dans les pièces mineures. Le décor doit être de plus en plus riche, il faut aller du moins au plus orné, « on doit passer de la simplicité à la richesse ».

(…)

Il fallait aussi, lorsque plusieurs imitations étaient réalisées dans une même pièce, qu’elles soient variées les unes par rapport aux autres, mais également en fonction des parties de l’architecture qu’elles ornaient, « en sorte que l’Architrave et la Corniche estant d’une couleur, la Frise soit d’une autre : comme dans les lambris le batti doit estre different des quadres, et les quadres des panneaux ; et aux cheminées le chambranle est d’un marbre different de la frise et de la corniche », le but étant de créer un ensemble harmonieux au sein duquel les couleurs employées fussent coordonnées. En revanche, les lambris, les cheminées en pierre et les escaliers pouvaient être marbrés.

Le marbre feint devient une parfaite imitation, la plus fidèle possible à son homologue naturel, et perd le rôle ornemental aux veines géométriques qu’il avait pu connaître au Moyen Âge

(suite ici)

Décor peint : rehauts argentés sur cadres et cheminées

Décor peint : rehauts argentés sur cadres et cheminées

Décor peint argenté sur trois trumeaux et manteaux de cheminées dans les pièces de réception d’un appartement parisien haussmannien

Rehauts argentés sur fond anthracite mat.

Les meubles argentés dans 3 styles décoratifs : 

La mode actuelle revisite le cadre haussmannien très élégant, de mobiliers et éclairages contemporains.
Pour ces décors peints, les effets argentés sont aujourd’hui très recherchés pour les luminaires, les radiateurs,  les mobiliers, coussins y compris, mais aussi en décor peint de rehauts argentés sur les moulures, les motifs ornementaux et les cadres de miroirs.

Le décor peint argenté, attirant la lumière est de plus en plus présent dans la décoration. Encore cantonné aux accessoires il y a quelques années, le reflet argenté s’affiche aussi aujourd’hui sur des meubles en bois. Décryptage d’une tendance qui s’adapte à trois styles de décoration.

Tendance orientale
Dans un esprit fer martelé, le décor peint argenté sur les meubles peut s’inspirer des traditions indiennes et s’inscrire dans une ambiance orientale. Les formes sont arrondies et les meubles généreux. Maisons du Monde propose ainsi une collection Jaïpur en bois argenté composée d’une commode d’une table basse d’une table de chevet et d’un cabinet, qui conviendront parfaitement dans une déco chaleureuse aux tons orangés, rose…

Tendance baroque
Le décor peint argenté peut aussi se réinventer dans une ambiance baroque version 2010. Avec des meubles directement inspirés de ceux des XVIe et XVIIe siècles comme des consoles, des bergères ou des chaises aux pieds courbés mais argentés bien sûr ! Le site Déco Privée propose une grande variété de meubles en bois argenté dans une tendance très baroque.

Tendance glamour
Brillant et attirant l’œil, l’argenté convient bien sûr à une déco glamour et féminine ! Une commode, une armoire ou encore une chaise argentées conviendront parfaitement dans une chambre féminine. A associer avec des couleurs glamour comme le rose fuchsia, le rouge et pourquoi pas du noir pour le côté chic. Vous trouverez chez Graine d’Intérieur un chevet et une armoire très féminines, décorées de branches d’arbre en fleurs…

Voir par exemple : Décoration murale en métal argenté

TROMPE L’OEIL : décor peint en chinoiseries et faux marbres

TROMPE L’OEIL : décor peint en chinoiseries et faux marbres

Décor néo-classique sur une porte de salon

Composition de 2 chinoiseries, copies en ton sépia de peintures du XVIIIe siècle.
Avec, de part et d’autre de la porte, les pilastres peints en faux marbres et dorures.

Au gré des commandes, nous répondons à des désirs variés, apportant une valeur ajoutée d’élégance et de charme, tout en s’intégrant parfaitement au style de l’appartement.

LA CHINOISERIE

Une chinoiserie est un objet d’art européen décoratif du XVIIe et XVIIIe siècle dont l’esthétique décalque l’art d’Asie . Il évoque l’attrait du collectionnisme pour les objets et architectures provenant d’Extrême-Orient, plus que de Chine en particulier. Il reflète un goût pour un Extrême-Orient rêvé, son imagerie et ses symboles, dans la forme (asymétrie, jeux sur les échelles) comme dans le fond (motifs et canons). L’art d’Asie orientale est vu et lu comme un modèle de singularités, qui est admiré, collectionné, copié, adapté mais aussi hybridé.

Par extension, le mot chinoiserie va désigner les bibelots ou objets d’art qui proviennent de Chine ou qui en sont dans le goût réel ou de fantaisie.

Le terme apparait en 1823, chez Charles Fourier, pour désigner un art servile, immobile et fait de préjugés imitant les chinois qu’il ridiculise, puis il est repris en 1836, sous la plume de Honoré de Balzac dans son roman « L’interdiction » « pour désigner les objets décoratifs venus de Chine (…) qui forge l’esthétique du chimérique, du fantastique, de l’exotisme, du renouveau d’un style baroque ou rococo qui accompagnent le romantisme ».

Le mot entre dans le dictionnaire Larousse en 1845, avec un sens péjoratif de bizarre et vulgaire1 pour désigner les objets de bazars prisés par les femmes légères ou parvenues.

Le mot « chinoiserie » est repris du français en anglais, allemand ou néerlandais et se dit « style chinois » (中国风) en mandarin.

L’attrait pour les objets venus de Chine se manifeste en Europe dès l’Antiquité (tissus de soies), avant de s’épanouir du XIVe au XVIIIe siècle, où objet de collections il fut assimilé d’une part à la vogue rococo du baroque français, au style rocaille et d’autre part à l’excentricité anglomane du XIXe siècle. On peut prêter à cet engouement des résonances « philosophiques », tel qu’il est inscrit dans des thèmes littéraires de la sinophilie développés aux Lumières qui voit dans l’Empire Céleste le modèle idéal du gouvernement du despote éclairé L’esthétique de la chinoiserie s’inscrit dans un mouvement complexe d’échanges diplomatiques et culturels entre artisans et artistes d’Asie et d’Occident qui s’influencent mutuellement. En 1700, la reconnaissance mutuelle de l’Empereur Xangxi et Louis XIV pour les français, ou pour les Chinois la soumission du roi de France à l’empereur de Chine ouvre une période de fascination réciproque. Ainsi la culture chinoise va jouer un rôle important dans la prise de conscience d’une forme de beauté propre à l’irrégularité en Europe.

FAUX BOIS et FAUSSE MATIÈRE : Commandes particulières

FAUX BOIS et FAUSSE MATIÈRE : Commandes particulières

Faux bois et fausse matière

Il m’est aussi quelquefois donné de réaliser des commandes pour des collectionneurs avertis et passionnés, ou des artistes contemporains.

Sur deux nouveaux prototypes miniatures d’une série de sculptures jouant sur les métamorphoses de matières ; une œuvre conceptuelle de faux bois et fausse matière pour une artiste contemporaine inspirée et élégante.

Au delà de la qualité technique, une intelligence esthétique.
En décor peint, la taille n’y change rien, à chaque commande son exigence : il s’agit en effet, chaque fois, de cerner le style et l’esprit de la commande afin de faire apparaitre l’effet attendu.

L’un est une imitation de palissandre, un bois exotique rare et sophistiqué, utilisé en marqueterie au XVIIe, XVIIIe et début du XIXe siècle. Jusqu’à ce que, le coût des importations diminuant, il soit employé en décoration intérieure pour des surfaces de plus en plus importantes. Le style Art déco, par exemple, l’a mis à l’honneur pour des bureaux d’aspect sévère et imposant. Comme l’Ébène de Macassar, ce bois sombre et raffiné, surtout sur des huisseries aux proportions hors normes, apporte immanquablement un aspect majestueux.

L’autre est une imitation de rouille, avec effet matiéré mat.

Boiseries murales

inspiré de Claire Deschamps

La boiserie murale apporte beaucoup de chaleur, de convivialité ou de raffinement au décor intérieur.
Cet élément – en particulier, la boiserie à moulures –  constitutif de l’architecture des siècles classiques, en vogue ininterrompue jusque dans les années 1970-80,  a cependant connu une éclipse au cours de ces dernières années. Aujourd’hui, avec le retour de la décoration naturelle, les surfaces en bois reprennent place dans nos intérieurs, ainsi que les boiseries murales, qu’ils soient véritables, ou en imitation!