BOISERIE EN PITCH PIN DANS UNE SALLE A MANGER

BOISERIE EN PITCH PIN DANS UNE SALLE A MANGER

Faux bois : décor de boiserie hors du commun

 Pour des clients nostalgiques de leur ancienne salle à manger en bois véritable de Pitch-pin,
nous avons fait poser des moulures et reproduit leur boiserie en décor peint, du sol au plafond.
Partant de murs blancs et plats, nous avons recréé en trompe l’oeil, l’atmosphère envelloppante, intime et chaleureuse du bois, mais aussi traditionnelle et haut de gamme.

LES BOISERIES DANS LA DECORATION INTERIEURE :

Véritables éléments d’architecture intérieure, les pièces de boiseries ont été popularisées à la Renaissance pour les cabinets d’étude ou de curiosité. Le château de Blois est ainsi connu pour ses panneaux de boiseries recelant des niches dérobées. Un usage récurrent, qui traverse tous les styles jusqu’au XXe siècle.

Souvent utilisées en soubassement à la fin du Moyen-Âge et à la Renaissance, les boiseries murales n’occupent alors qu’une partie des murs, comme cela se voit dans certaines églises. Elles peuvent aussi couvrir toute la hauteur, ce qui deviendra une forme privilégiée de décoration aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Isolant thermique et acoustique à l’instar des parquets, les boiseries offrent de surcroît un intérêt esthétique majeur : elles deviennent rapidement un sujet privilégié des ornemanistes réputés. Le bois naturellement chaleureux peut se décliner en différentes essences qui permettent des jeux de couleurs ; il peut être sculpté, peint, doré, ou encore décoré de stucs. C’est pourquoi les palais royaux les plus somptueux en ont adopté, le Château de Versailles , l’Ermitage de Saint Petersbourg, ou encore Buckingham Palace.

Les boiseries du Château de Versailles et de Trianon s’imposent comme des modèles d’élégance, avec leurs fines moulures soulignant la hauteur des pièces. De semblables panneaux servent ainsi toujours au XIXe siècle à décorer le Salon de la princesse Mathilde ou encore à l’Hôtel Lauzun où se réunissaient la bohème de Théophile Gautier et Charles Baudelaire.

En plus d’harmoniser la décoration, les pièces de boiseries permettent d’agencer différemment l’espace, de le rythmer, d’y ménager bibliothèques, consoles, miroirs et niches. Ce potentiel est bien compris de l’Art Nouveau qui exploite au maximum les possibilités étonnantes des boiseries, conçues pour apporter des arcades et des formes galbées à des murs droits.

Les pièces de boiseries forment un patrimoine varié auquel le musée des Arts Décoratifs rend hommage dans son Salon des Boiseries, une pièce de réception où sont exposées ces panneaux, colonnes et autres éléments, au même titre que des tableaux ou des sculptures.

 Le faux bois est une des spécialités de notre atelier.

RESTAURATION de décors aux Champs Elysées

RESTAURATION de décors aux Champs Elysées

Restauration dans un site classé Monument Historique, la galerie des Arcades sur les Champs Élysées à Paris. IMITATION LOUPE D’ORME ET ECAILLE DE TORTUE

Nous avons été appelés à restaurer partiellement les décors anciens et endommagés des soubassements de la baie vitrée de la brasserie de la Galerie des Arcades; soit, de la loupe d’orme encadrant de l’écaille de tortue.

Pour rendre au décor le lustre d’origine, après un lessivage total en conservation, quelquefois, des retouches suffisent, mais il faut souvent repeindre une partie ou tout un pan de décors, afin d’effectuer une restitution, la plus invisible possible.
L’ensemble est ensuite soigneusement nettoyé et reverni.

Brasseries traditionnelles célèbres à Paris :

Traditionnellement, pour attirer le tout-Paris, tout proposant une atmosphere chacheureuse, confortable et attrayante, les brasseries de luxe mettent en scène des décors inoubliables, composés de matériaux de qualité ; en extérieur de boiseries (véritable ou imitation) et de pierres, en intérieur de trompe l’oeils, de bois chauds, cuirs, mosaiques, vitres et miroirs, cuivres et laiton, et bien sûr, de magnifiques luminaires.

Cette façade de brasserie a actuellement disparu,
pour être remplacée par un vitrage contemporain.

 

La restauration de décors peints est une des spécialités de notre atelier.

Faux Marbre : Décor d’un escalier Parisien

Faux Marbre : Décor d’un escalier Parisien

 Composition de faux marbre en panneautages

Dans l’entrée d’un immeuble parisien partiellement classé Monument Historique, réalisation d’un faux marbre Brèche de Vérone claire et foncée sur les panneaux de l’entrée, afin de créer une atmosphère chic, douce, intime et chaleureuse.

Le faux marbre rouge de Vérone

Il est considéré comme un des joyaux des marbres antiques, est d’un doux ton ocre rosé à cuir, à caillouté clair ; un choix de marbre rare dans les escaliers parisiens.

Cette commande inhabituelle de faux marbre Rouge de Vérone tient de la personnalité exceptionnelle de l’architecte, M. Bonnamy, féru d’Histoire et d’Arts décoratifs. Dans le soucis de mettre en valeur le caractère ancien de cet immeuble par une restauration hors du commun, il a de prime abord fait disparaitre toutes les canalisations et fils électriques. Les murs sont peints à la chaux pour les laisser respirer, palliant ainsi au problème d’humidité inhérent aux vieilles pierres. Je ne saurais tout dire, mais en vérité, il n’est de détail qui soient du tout venant; bien au contraire, chaque élément est le fruit d’une recherche et d’un soin tout particulier.

Le marbre rouge de Vérone (Marmo rosso di Verona en italien) est la plus connue des pierres ornementales extraites des calcaires noduleux rouges.
Le « marbre » rouge de Vérone est particulièrement décoratif de par sa variété de nuances de rouges, mais parfois aussi ses colorations jaunâtres ou verdâtres. La différence de couleurs entre les nodules, souvent plus clairs, et la matrice calcaire sont caractéristiques. Elle s’exprime particulièrement bien sur les blocs polis et lustrés où apparaissent également les spirales de sections d’ammonites.

En plus de leurs qualités esthétiques, le marbre rouge de Vérone et, de manière plus générale, les calcaires de l’ammonitico rosso italien, comme ceux des provinces de Brescia (rosso ammonitico lombardo) et de Padoue, ont une texture extrêmement dure et solide.

Ces calcaires ont ainsi été largement utilisés, au moins depuis l’époque romaine, dans toute l’Italie et en Europe. On les retrouve aussi bien dans l’architecture que dans la statuaire.

Exemples :

  • Arènes et Pont de pierre romain de Vérone
  • Basilique San Zeno de Vérone
  • Baptistère de Parme
  • Baptistère de Crémone
  • Cappella Colleoni de Bergame
  • Basilique San Petronio de Bologne
  • Basilique Saint-Marc de Venise
  • Et aussi en Autriche et en Allemagne…
FAUX BOIS : restitution du chêne d’une boiserie du 18e siècle

FAUX BOIS : restitution du chêne d’une boiserie du 18e siècle

Intégration de colonnes en staff grace au décor peint :

Dans un appartement d’un hôtel particulier du Marais signé Nicolas Ledoux, restitution sur des colonnes en staff,
du chêne véritable des boiseries de style Régence magnifiquement sculptées, dont une partie est classée.

Le style Régence

Aussi breve aura été la durée de ce style de transition, de 1715 à 1723, entre les styles Louis XIV,  règne de la rigidité et la symétrie, et le style Louis XV, celui de la surenchère de décors ‘Rocailles’, il n’en est pas moins considéré comme un summum technique et esthétique, qui se caractérise par l’assouplissement des lignes, la légèreté et à l’élégance des formes galbées.

La décoration murale la plus fréquente : les boiseries en bois naturel, non peint.
Les boiseries sont en chêne de ton miel, au décors en panneautages plus petits.
Les moulures des panneaux sont galbées et magistralement ornementées en ronde bosse : le haut et le bas de ses moulures sont en chapeau de gendarme et en arc de cercle, avec rosace sculptée de culots ou de feuilles d’acanthe, tandis que les verticales restent droites.
Des pilastres à rosace centrale peuvent aussi rythmer les décors en panneautage.
La présence de sculptures  en ronde bosse, très ouvragées, sur le thèmes des 4 saisons et des arts est évidemment une grande valeur ajoutée.

La restitution des bois est une des spécialités de notre atelier.

DÉCOR PEINT sur meuble d’un lieu de culte.

DÉCOR PEINT sur meuble d’un lieu de culte.

Réalisation un motif flammé* de ton brun et doré

Dans ce lieu de culte parisien sobre et élégant, afin d’encadrer les tables de la loi trônant sur le haut de l’armoire sainte chargée de symboles.

 

Cette armoire haute (ou arche sainte**), contenant les rouleaux de la Torah, est semble-t-il le lieu le plus sacré de la synagogue. Il était donc aussi important d’apporter une valeur ajoutée esthétique avec le décor peint, que de correspondre parfaitement à la symbolique inhérente à ce mobilier de culte.

Les éléments (kelim) de la synagogue

par le Rabbin Philippe Haddad

À partir de la fin de la période talmudique (VIIIème siècle), suite aux longues discussions des maîtres, la synagogue va prendre un cachet définitif, non pas dans son architecture qui restera toujours liée à la culture ambiante, mais quant à ces éléments fondamentaux.

Ainsi nous retrouvons toujours des éléments fixes que nous allons présenter :

* LUMIERE PERPÉTUELLE Ner Tamid. Cette veilleuse à huile qui peut être aussi électrique rappelle le candélabre à sept branches (ménorah) du Temple qui devait brûler en permanence. Cette flamme symbolise la pérennité de la Torah.

** ARCHE SAINTE Arone akodéche. Cette armoire qui se trouve au fond de la synagogue contient un ou plusieurs rouleaux de Torah. Elle oriente la synagogue vers Israël. Elle est fermée par des portes et des rideaux (parokheth) qui rappellent la double fermeture de l’Arche Sainte du sanctuaire du désert

ESTRADE Tévah. C’est sur elle que se trouvent le rabbin, le chantre (hazan) et parfois des responsables communautaires. Dans les synagogues achkénazes (occidentales), la tévah se trouve au fond devant l’Arche Sainte. Dans les synagogues sépharades (espagnoles, orientales) cette tévah se trouve au centre.

IMITATION DE FEUILLES D’OR SUR FOND ROUGE

IMITATION DE FEUILLES D’OR SUR FOND ROUGE

CREATION ORIGINALE DE DECOR CONTEMPORAIN

Sur la porte d’entrée d’une villa d’exception, réalisation d’imitation ludique de feuilles d’or sur ton rouge, d’aspect plus ou moins usé, à l’aide de poudres métalliques ;
bronze, acier, argent ou aluminium.

C’est volontairement que le rendu esthétique des feuilles d’or n’est pas réaliste.
Pour faire bonne mesure, le cadrillage passe en continuité parfaite par dessus les moulures de la porte  et de l’encadrement de porte.

Par dessus les feuilles d’or, est parcemé un nuage de petits carrés argentés.